Dernier envol de Vincent : hommages et souvenirs #3

La revue « Piloter » numéro 91 de janvier/février 2022 revient sur le départ de notre ami Vincent Scotto di Vettimo, par l’intermédiaire de DenisTurina,  l’un des trois mousquetaires de la patrouille des célèbres « Papys » ! ( De  gauche  à  droite,  Denis, Vincent, et Robert Huet). Merci Denis.

Le Dauphiné Libéré parle de nous.

La presse quotidienne régionale, notre bon vieux Daubé, parle de nous ce jeudi 6 janvier, pour saluer nos réussites en 2021. Notre star David, dernier breveté de l’année ( nous n’oublions pas la qualification Vol de Nuit du hibou Denis V) en majesté dans son DR400 ZP, encore enfariné après la célébration de son brevet…!

Meeting 2021 : une rencontre au-delà des étoiles

Ader, les frères Wright, Blériot, Santos-Dumont, Guynemer, Nungesser, Fonck, puis Latécoère, Daurat, Mermoz,  Maryse Bastié, Hélène Boucher, l’Aéropostale, Guillaumet, Amélia Earhart, Saint Ex, Clostermann… Pour les passionnés d’aéronautique et de la grande Histoire de l’Aviation, tous ces noms vont rappeler une lecture, un choc, une image vieillie imprimée sur un papier de qualité médiocre, une histoire, un parcours unique, un destin. Mais pour le grand public, un seul émergera finalement.  Antoine de Saint Exupéry bien sûr. Saint Ex, dont la vie romanesque était aussi connue que ses publications, mondialement éditées sur de très grands tirages. « Le petit Prince », traduit dans des centaines de langues et dialectes  (selon Wikipédia, juste après la Bible…)  » Vol de Nuit  »     » Courrier Sud »  » Pilote de Guerre  » …

Quel rapport entre Saint Ex et le meeting de Tallard ? Où veut-il nous emmener, ce rédacteur d’aéroclub ? C’est tout simple !

Béatrice, Serge, Marcus et moi dinions au DZ, taverne locale de LFNA, où nous sommes toujours très bien reçus, l’avant-veille du meeting de Tallard, et à quelques mètres de notre table, un couple, et un flash, un souvenir… Vous savez, du style, mais je le connais, celui-là… Une connaissance pro ? Un ami perdu de vue ? Un pilote croisé sur un terrain ? Un prof oublié ? puis les neurones se mettent en route : DZ, aérodrome, meeting, présentateur, lecture, Aviasport, journaliste, La Ferté, Pégase (mais pourquoi la France, berceau de l’aviation et acteur majeur de l’industrie aéronautique et spatiale, n’aurait-elle pas une émission aéronautique sur une grande chaine nationale ????) , un Lockheed Electra brillant comme un sou neuf (Ahhh… Amélia, où es-tu ? pardon, je ne suis toujours pas remis de sa disparition inexpliquée, depuis la lecture du livre « Amelia Earhart » à mes 12 ans !).

 » – Dis voir, Serge, retourne toi discrètement, mais ne serait-ce pas Bernard Chabbert derrière toi… ?                                                                                                                                          – Possible…Oui, très possible…                                                                                                            – Ce serait cool de lui demander un autographe…                                                                            – Heu… Oui, clair… ben vas-y, toi !                                                                                                        – Bah, il est tranquille en train de dîner.  »

Et à me jeter entre les tables, le cœur battant telle une groupie, à 54 ans…                                 » -Pardon, Bonsoir Madame, Monsieur, ne seriez vous pas Bernard Chabbert ?                       – Totalement !  » me répond-il, avec un grand sourire.

C’est simple, non ?, les rencontres avec les gens intelligents. Et Mr Chabbert de se retrouver 24h plus tard dans les locaux de l’aéroclub alpin, créé le 6 Aout 1930, (entre Courrier Sud 1929 et Vol de Nuit 1931) situé rue Pierre-Georges Latécoère ( ! )  la veille du meeting, pour signer notre livre d’or.   

 

 

 

 

 

 

 

Bernard Chabbert, la voie des meetings, un ton poétique, surfant sur les évolutions pas moins poétiques de certaines lentes machines biplans, rebondissant sur la furie des jets pour nous emmener loin dans le temps, celui des faucheurs de marguerites, celui de pionniers qui devaient faire passer le courrier quoiqu’il en coûte, une passion que nos vieux DR400 à hélice et moteur à explosion transmettent depuis des décennies à de jeunes et moins jeunes élèves, grâce aux bénévoles en aéroclub…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors, me direz vous, le rapport avec Saint Ex ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rapport ?  une passion pour ce pilote-auteur de génie, si bien raconté dans cette biographie illustrée, accompagné au dessin par le très doué Romain Hugault, aux planches  » grand format  » si vraies.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un grand merci, Mr Chabbert, de ce court passage dans notre hangar, de cet échange informel, on se dit bonjour et on trouve plein d’histoires à se raconter.

 

BIA : un engouement inédit !

Bruno Chéruy, détenteur du CAEA et organisateur du Brevet d’Initation Aéronautique pour l’ACA au sein du collège Mauzan, se félicite cette année d’un intérêt grandissant pour cette initiation ! Est-ce la présence d’un stand au cours du meeting, ou la période covid qui a compliqué l’organisation des séances depuis 2019 ? Reste que 18 candidats viendront apprendre les bases de l’aviation tous les mardis entre novembre et mai, avec des sessions organisées sur le terrain ! Bravo Bruno et bonne session 2021/2022, avec tes instructeurs référents !

Nicolas, un come back LFNA en famille !

Une rumeur a circulé dans le hangar, récemment.. Nicolas Lescuyer, remorqueur à l’aca il y 7 ans, serait de passage dans son club de cœur !

Quelques instants avant son arrivée, de façon totalement fortuite, Jean-Jacques et quelques autres, nous discutions des anciens pilotes remorqueurs qui avaient réussi à trouver un job dans l’aérien. les 8/10 derniers sont tous en ligne, c’est une immense satisfaction de voir un  » petit  » club comme le notre avoir œuvré à la formation ou la montée des heures des futurs pilotes de ligne et militaires !

Nicolas est donc passé, et son sourire n’a pas changé ! Accompagné de sa charmante épouse Marie et de… Marius et Ysée, nous avons évoqué quelques souvenirs bien sûr, les aléas machine, les départs et arrivées des hommes et femmes du club mais aussi de ses espoirs de reprendre le manche d’un tagazou à hélice !

Nicolas avait pratiqué aussi beaucoup de voltige aérienne, et ce n’est pas aux commandes de son E-Jet Embraer 190 qu’il aura ce plaisir… enfin souhaitons-le pour ses passagers et sa carrière chez Hop et très bientôt chez AirFrance !

Nous pouvons être sûr d’une chose : sa passion pour l’aéronautique est constante et…. héréditaire ! car à voir les yeux de Marius regarder passer les avions et paras, et à monter dans le cockpit de ZP, le gène aéro est bien passé !

 

Nicolas, plein de bonnes choses pour toi et tes proches Tu seras bien évidement toujours le bienvenu à Tallard où tu n’as laissé que de bons souvenirs !!

Aéro Lecture: le nouvel opus de Vincent Scotto.

Vincent et l’aéroclub Alpin, c’est une très longue histoire. Qui nécessiterait un livre entier. Mais c’est toujours un plaisir de faire référence à cette figure de l’aéronautique. Et un honneur d’avoir volé avec cet homme charmant. Et une joie de le voir sortir un nouveau livre consacré à ses souvenirs de pilote de chasse.

D’autant que Vincent a volé sur un des avions mythiques des Ailes Françaises, le Mirage 3, et ce dans les escadrilles les plus renommées. Son livre retrace l’épopée de ces années-là où  le célèbre chasseur à l’aile « delta »espionnait l’Europe de l’est!

Vous trouvez dès aujourd’hui  le livre de Vincent à la boutique d’Eric, « Espace altitude » à la maison de l’air. Bonne lecture!

Facebook