PPL : le brevet pour Marion Lecat!

ce samedi 24 oct 2020, Marion, élève de Serge Boichot, a réussi son test pratique PPL, sur Robin DR400 F-GDET, testé par Jean-Pierre Antonpiétri ! Toutes nos félicitations !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

ZP: le retour!

L’Aeroclub Alpin, son président Alain Bondon, son Conseil  d’Administration , son chef pilote Serge Boichot, sont heureux de vous annoncer le retour dans le ciel des Hautes Alpes de F-BTZP, son Robin DR400 120cv, après quelques mois à Nancy pour une restauration! La météo a laissé un petit créneau lundi pour un aller-retour express entre Tallard et Nancy afin de récupérer notre fidèle ZP.

Alain, Bruno  Cheruy, Éric Philippe et Serge ont réussi brillamment la mission et sont rentrés juste avant la nuit avec un avion qui fait le bonheur de tous les élèves passés à ses commandes .

De l’aveu de Serge, pas très objectif car amoureux de la bête ( comme beaucoup de pilotes du club), ZP vole encore mieux qu’avant et semble anticiper les désirs de son pilote! Cet avion a une âme!

ZP rejoint enfin son hangar et retrouve les Robin IU , ET et le rally HR dans la flotte du club. Pour les pilotes à jour de licence et les élèves, les réservations sont ouvertes! Bons vols à toutes et tous!

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

ACA: à fond sur les lâchers et brevets!

La reprise des vols, déjà longuement évoquée dans ces pages, continue à l’aéroclub avec une ribambelle de bonnes nouvelles.

Après le succès de Julien au PPL, la 1er nav solo de Marion et la progression de Louis vers l’ABL ( anciennement Brevet de base), un nouveau lâcher solo eut lieu aujourdhui samedi 25 juillet.

Pourquoi mettre la date en avant? tout simplement parce que David Julien, l’heureux jeune pilote et élève de Serge Boichot, est né le 25 Juillet 2004…

Je vous aide ou vous y arrivez seul? 16 ans aujourd’hui, David est donc le plus jeune pilote de France a réussir son lâcher en solo, un simple tour de piste à Tallard, LFNA, 8 minutes où se concentrent… concentration extrême, précision indispensable, mais aussi émotion et bonheur!

Félicitations à David! En classe de première à la rentrée au lycée Paul Arène de Sisteron et à n’en pas douter, un déjà passionné d’aéronautique et probable futur pilote professionnel, dans quelques années!

Pleins de bons vols toujours prudents, prudent en double (pour quelques temps encore) et bien sûr prudent en solo!

François.

ps: la vidéo du lâcher de David sera bientôt en ligne.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

retour des vols de découverte!

Après plusieurs mois d’attente, nous sommes heureux de vous annoncer que les vols de découverte, autrefois appelés « baptêmes de l’air », sont à nouveau réalisables au sein de l’Aéroclub Alpin.

Si vous êtes intéressé-es, appelez le club au 04 92 54 18 80 pour prendre rendez-vous. Hélène, notre secrétaire, vous répondra toutes les  après-midis du mardi au vendredi et le samedi toute la journée. Vous pouvez aussi appeler sur le portable 07 86 67 95 63 quand vous le souhaitez.

Privilégiez plutôt un matin, en été à Tallard, l’air sera plus calme et le plaisir plus grand. Vêtements légers conseillés, n’oubliez pas lunettes de soleil et appareil photo.

Et protocole sanitaire oblige, le masque est obligatoire au sein du club et en vol.

A très vite dans nos locaux et dans nos avions!

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Vol planeur à l’ACA! une belle vidéo d’Anthony!

Comme le vol moteur, le planeur repart aussi!

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Reprises des vols, sécurité et premières reussites

La passion est plus forte que tout:

un vieil adage qui s’applique aux membres de l’Aéroclub Alpin basé à l’aérodrome de Tallard depuis 90 ans! (Anniversaire dans le courant de l’été …à suivre!)

Comme pour toutes et tous, la période passée a eu des conséquences.Le confinement signifiait terrain fermé, arrêt des vols, et chômage partiel pour la secrétaire.                    Trois éléments étaient indispensables pour la reprise de l’activité:

Tout d’abord, l’annonce du déconfinement bien sûr, mais aussi l’autorisation des autorités fédérales et la mise en place de procédures strictes liées à la protection sanitaire de la secrétaire et des adhérents.

Ces procédures ont été élaborées avec le souci que chacun puisse sans risque revenir pratiquer.

L’aéroclub a donc mis en place un traçage pour respecter la distanciation sociale dans le bureau et la salle des pilotes. Il a mis à disposition le matériel nécessaire à la désinfection des cockpits, imposé avant et après chaque vol, ainsi que le matériel informatique.   Chaque membre doit obligatoirement porter un masque aussi bien au sol que en vol, sauf à être seul à bord, l’étroitesse des cockpits ne permettant pas de procéder sans masque.

La période estivale arrivant avec son cortège de températures plus élevées chaque année, les masques sont clairement une punition dans les cockpits, même en jouant de l’aérateur. Les instructeurs les premiers en subissent les conséquences, mais ils font le job!

Si, dans le premier temps du déconfinement, seuls les vols « solo » ( et après un re-entraînement obligatoire après deux mois d’arrêt) ou avec instructeur étaient autorisés, tous les vols sont désormais autorisés, même à l’étranger grâce à la réouverture des frontières.

Dés le 11 mai, l’activité « avion » est repartie, les instructeurs se sont rendus disponibles pour vérifier les compétences de nos membres qui, contraints, n’avaient pu pratiquer; les leçons au sol et en vol ont aussi repris, avec très vite les premières réussites!

Il est vrai que beaucoup trépignaient dans l’attente de ce retour en vol!

En particulier, les élèves-pilotes interrompus dans leur progression !

Trois élèves de l’aéroclub  se sont brillamment distingués pour leur retour en « place gauche », celle qui détermine le commandant de bord ou futur cdb :

Louis Fabien (bientôt bachelier et très impliqué par une future carrière aéronautique et/ou militaire) a conclu ses 4 heures de vol en solo et 20 atterrissages, supervisé par son instructeur Jean-Pierre Antonpiétri(FI/FE) , une étape fondamentale pour obtenir le Brevet de Base!

Marion Lecat (parachutiste et animatrice au CERPS) élève de Serge Boichot (FI/FE), a réalisé sa première navigation en solo, un aller-retour Tallard-Vinon/Verdon-Tallard, retour bizuté compris dans le service par un water salute (vidéo à suivre) .

Enfin, Julien Briquez (instructeur para chez On’Air) formé par Serge, a réussi son examen PPL « Private Pilot Licence » , testé par Jean-Pierre Antonpiétri, lui donnant ainsi toutes capacités à voler en France et dans beaucoup de pays dans le monde sur avion monomoteur.

Les traditions en aéronautique, comme ailleurs, ayant la vie dure…Julien fêtant son succès autour de ses pairs pilotes et d’un verre de l’amitié!

A noter que Marion et Julien sont donc parachutistes, sur le terrain de Gap-Tallard, et montrent ainsi tout leur intérêt pour une pratique intégrale des sports de l’Air! D’ailleurs, quelques membres du club sont aussi devenus parachutistes après avoir eu leur brevet de pilote! N’est ce pas Raouf?                                                                                                                  La dernière étape vers une pleine activité pour le club, et elle est très attendue, à la fois par le club mais aussi le public, sera le retour des fameux baptêmes de l’air! L’aéroclub restant accessible sur rendez-vous, (alors le club se fera un plaisir de vous faire visiter les installations et les avions, n’oubliez pas de venir masqués!), les vols « découverte » ou baptêmes et les vols «  BIA » sont repoussés à une date ultérieure, les demandes de renseignement se font donc par téléphone ou par mail.

Dans une discipline aussi technique, rien ne se fait au hasard. Les pilotes sont habitués au respect des fameuses « check-lists » ou listes de vérification, car comme dans un avion de ligne avec deux cents passagers, à fortiori lorsque l’on est seul à bord, le doute ne doit pas exister.

La formation PPL, reconnue au niveau mondial, dispensée par les instructeurs du club, permet ce niveau de précision. Reste que la pratique régulière, l’entraînement permanent aux situations diverses sont la garantie d’un vol serein et en toute sécurité.

L’Aéroclub Alpin a donc mis tout en œuvre pour intégrer à ses pratiques ces nouvelles procédures sensées assurer à la fois la sécurité sanitaire de ces adhérents mais aussi maintenir au plus haut le niveau d’exigence aéronautique.

Et le plaisir de re-découvrir nos belles Alpes du sud vues du ciel n’en sera que plus grand!

FG. Pour toute demande de renseignement ou rendez-vous contactez le 0492541880/0786679563

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Suite de la série, retour sur de jolis vols: Serre-Ponçon!

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Suite de la série, retour sur de jolis vols…Aspres/Buech , une fin d’après midi d’automne

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Retour sur quelques jolis vol…Les Ecrins, décollage depuis St Crépin

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

PRÉPARATION MILITAIRE DÉCOUVERTE: 5 jours en immersion dans l’Armée de Terre

Un récit de Louis, élève-pilote à l’ACA!

 Bonjour, je m’appelle Louis, j’ai 17 ans, et je suis licencié à la Fédération Française Aéronautique. Je prends des cours de pilotage sur DR400 à l’Aéroclub Alpin                     sur l’aérodrome de  Gap-Tallard avec mon instructeur Jean-Pierre ANTONPIETRI.

Récemment, j’ai participé à une Préparation Militaire Découverte (PMD) au sein de l’Armée de Terre. Cette PMD fut organisée par l’Armée de Terre en collaboration avec la FFA.                                                                                                                                                      Pour y participer, une sélection a donc été mise en place : 30 jeunes sélectionnés, pour quelques 200 candidats au niveau national. J’ai donc eu la chance de pouvoir partir au sein de l’ALAT : l’Aviation Légère de l’Armée de Terre.

Plus précisément, au 2ème Régiment d’Hélicoptère de Combat, un régiment-école formant tous les futurs pilotes de l’ALAT.

Basé au Cannet-des-Maures, ce régiment a la particularité d’être Franco-Allemand, ce qui favorise l’apprentissage des futurs pilotes français, mais aussi allemands, car cette base se présente comme un lieu de partage de connaissances et de cultures.

1er JOUR

Lorsque nous sommes arrivés sur la base, on nous a tout de suite placés dans des dortoirs dans lesquels nous allions vivre durant toute la durée du stage. Nous avons ensuite perçu notre paquetage : treillis, rangers, chemises, t-shirts… Uniforme obligatoire pour tout le monde !

Le 1er jour nous avons surtout attendu tous les stagiaires venus de toute la France. En attendant, on nous a donc appris à faire nos lits au carré et à correctement ranger notre paquetage dans les placards.

2ème Jour

C’est lors de cette seconde journée que le stage a véritablement commencé. Après une nuit passée sur la base sans trop dormir à cause des mouvements des appareils sur l’aérodrome, nous sommes réveillés à 6h du matin.

Au programme : TIG (Travaux d’Intérêt Général), c’est-à-dire ménage puis équipement de la tenue réglementaire avec treillis et rangers. Nous partons ensuite au Mess de la base pour le petit déjeuner, jusque-là rien d’extraordinaire.

Ensuite débutent les activités : la majorité de la matinée nous avons effectué une séance de sport dites “Méthode Naturelle”, durant laquelle nous avons fait de la course à pied, du renforcement musculaire, mais aussi du franchissement d’obstacles.

 

 

 

 

 

 

L’après-midi s’est principalement constituée d’instructions militaires avec l’apprentissage de la marche au pas, les bonnes positions à adopter (tels que le garde à vous ou le repos réglementaire), etc… Cela peut paraître banal mais tout est codifié et à respecter.

3ème Jour

Cette journée a sans doute été la plus intense de tout le stage, en effet, nous avons enchaîné les visites des différents points de la base.

Nous avons donc ainsi découvert des appareils tel que le Tigre, le Puma, mais aussi le Caïman.

Hélicoptère d’attaque Tigre

 

 

                                                              

 

 

 

 Puma

Caïman   

 

 

 

 

                                                                                                                                     

Cela nous a permis d’en apprendre davantage sur l’équipement, l’armement, ainsi que les systèmes de ces appareils.

Dans la journée nous avons également visité les simulateurs dont dispose le régiment pour la formation des futurs pilotes. De nombreux métiers nous ont été présentés comme Mécanicien Aéronautique, ou encore Instructeur Simulateur.

En fin de journée, nous avons été réunis pour que l’on puisse nous présenter l’armement dont disposent les soldats français. Nous avons ainsi découvert de plus près le FAMAS, le HK 416, ainsi que des pistolets comme le PA MAS G1:

                                          

 FAMAS

 

 

 

 

 

PA MAS G1

 

HK416

 

 

 

 

4ème Jour

Sur le plan physique, cette journée a, elle aussi, été intense. En effet, nous avons effectué une course d’orientation sur l’ensemble de la base durant la matinée. L’objectif pour l’encadrement était de nous faire connaître plus en profondeur les différentes installations de la base.

Suite à cela, l’encadrement nous a réunis afin de nous parler du métier de pilote : la formation, les missions, etc…

Le lieutenant qui nous encadrait était un élève-pilote sur Tigre qui avait passé ses tests directement après son bac. Il est donc ce qu’on appelle OSC-P: Officier Sous Contrat Pilote.

Le fait qu’il nous encadre nous a permis de lui poser des questions et de se renseigner plus en profondeur sur ce métier.

L’après-midi fut le moment fort de la semaine, celui tant attendu par tous les candidats : nous allions faire une marche avec sac après une dépose en Caïman. Le fait de voir cet hélicoptère à l’arrêt est une chose, mais voler dedans en est une autre!

Pour faire cette activité nous avons dû effectuer plusieurs manœuvres d’entraînement d’embarquement et de débarquement.

 

La marche de 10km avec sac dans la montagne aux abords du Cannet-des-Maures pouvait alors commencer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5ème Jour

Le cinquième et dernier jour fut très court. En effet, les retours depuis la gare voisine débutaient aux alentours de midi.

Durant ce court créneau, une cérémonie de fin de stage a alors eu lieu en compagnie d’un Colonel, avec une remise de brevets avec les félicitations et conseils du Colonel.

Le temps restant, nous avons préparé nos affaires personnelles et militaires pour ensuite rendre l’équipement militaire au magasin de la base.

Ainsi se terminait ce stage au sein de l’ALAT, qui fut court, certes, mais extrêmement enrichissant et qui m’apportait toutes les satisfactions attendues!

 

Je souhaite évidemment remercier mon instructeur Jean-Pierre ANTONPIETRI, ainsi que le président de l’Aéroclub Alpin Alain BONDON, qui, par leurs aides précieuses, m’ont permis de constituer un dossier solide afin d’être sélectionné pour participer à ce stage.

Publié dans Actualités, Histoire, Non classé, Récits et Presse | Laisser un commentaire